Le concours pour enseigner : étape 2…le préparer !

L’idée est ici de tenter de répondre à quelques questions que vous pouvez vous poser mais je ne prétends en aucun cas détenir une recette miracle. Je souhaite partager avec vous mon expérience.
Je dirais que se connaitre soi-même en tant qu’élève peut aider :
– s’appuyer sur ses atouts,
– travailler ses points « faibles » (dans mon cas, les mathématiques ;).

Quel est le niveau pour du concours ?
Les épreuves écrites de mathématiques et de français correspondent au niveau du Brevet du collège (3ème). « Easy ! » diront certains…cependant c’est surtout la quantité des notions à maitriser qui est gargantuesque.

Quels outils pour réviser ?
Après avoir effectué des recherches sur divers forums, mon choix s’est porté sur les éditions Hatier « Préparer le CRPE ». 
Il existe 2 tomes pour chaque matière : 

  • tomes 1 : « les savoirs disciplinaires» en mathématiques et français,
  • tomes 2 : « les connaissances didactiques et pédagogiques ».

Réviser écolo => ne pas hésiter à chiner des éditions des années passées. J’ai révisé le crpe 2018 avec des éditions Hatier de 2011 et ce fut efficace. Au final, les théorèmes de Pythagore, Thalès n’on pas changé ;), certaines appellations en grammaire changent (« prédicat & co ») mais lors du concours les correcteurs n’en tiennent pas rigueur. Et c’est bon pour la planète !

Quand commencer à réviser ?
Je vais vous décevoir : il n’y a pas de « bonne » réponse à cette question. Cela dépend de chacun, et comme pour une course à pieds, nous n’avons pas tous les mêmes dispositions de base.
De mon côté j’ai commencé à lire les « Hatier » 8 mois avant le concours. Je ne faisais pas de fiches, je m’imprégnais doucement afin de réveiller quelques notions qui dataient du collège (rappelons que je travaillais en parallèle). J’ai accéléré et ai commencé à vraiment préparer en janvier/février soit 3 mois avant les écrits :/…

Pourquoi ce concours n’est pas facile…
Contrairement à beaucoup d’idées reçues, ce concours est exigeant à plusieurs niveaux. J’ai évoqué le niveau « 3ème » de collège, mais c’est surtout l’immensité des notions à apprendre qui peut vite décourager.
Démonstration :

mathématiques, problème n°1 (basé sur des faits réels) : Une candidate libre prépare le concours de professeur des écoles avec les 4 livres Hatier qui contiennent respectivement le nombre de pages suivantes : 420, 520, 480, 320. Combien de pages cette candidate devra réviser en vue du concours ?
420 + 520 + 480 + 320 = 1 740
Phrase réponse : Elle aura 1740 pages à bachoter !

Voici donc la première angoisse du candidat : cela revient à 217 pages par mois sur 8 mois de préparation, soit 8 pages par jour…pour les écrits (car il y a également les oraux  à rajouter) ! Bref, ce fut le premier moment de panique qui me saisit dès septembre (avant une longue série qui va suivre et n’est pas totalement terminée ;).

Et la formation pour le préparer ?
Il existe des possibilités de formation :

  • l’INSPE (ex-IUFM, ex-ESPE), il s’agit du cursus universitaire, il faut se renseigner auprès des universités de votre région sur les modalités d’inscription,
  • le CNED, enseignement à distance sous l’égide du ministère donc public,
  • et les prépas privées.

Je vous ai concocté un petit tableau comme j’aurais aimé en trouver lorsque je partais à la pêche aux infos…

AvantagesInconvénients
Université INSPE (ex-Espe, ex-IUFM)prépare au métier,possibilité de stages en école,le faible coût,le rythme « fac » avec examens, dossiers dans diverses matières (pas forcément au concours…),des professeurs parfois déconnectés du terrain…
le CNED à distance – publicmoins onéreux que prépa privée,des cours de qualité pour préparer,préparation « solitaire »,
à compléter j’attends vos témoignages !via le contact
Prépas privées en « présentiel »axées 100 % concours,émulation d’un groupe de personnes (la majorité en reconversion),– le coût (OMG!)
Attention ce tableau n’est en rien objectif ;).
Il s’agit des avantages et inconvénients avec le prisme de la personne qui cumule préparation au concours et activité professionnelle :

Comme je l’ai expliqué précédemment, ma situation pro et perso m’a confortée dans l’idée de le préparer parallèlement à mon travail. Je ne pouvais donc pas m’inscrire à l’université et j’ai recherché sur le web. Mes recherches m’ont menée jusqu’à Forprof (qui est un organisme privé plutôt bon en communication, je prépare un article sur mon expérience avec cet organisme). Mais j’ai eu de très bons échos d’autres formations privées pour préparer donc encore une fois, écoutez-vous ! Vous, seuls, pouvez faire le choix qui vous convient selon votre situation.

Une chose est sûre : préparer un concours c’est dire « bye-bye » à sa vie sociale durant un petit moment…

Publié par Sarah Neoprof

Lauréate CRPE 2018, l'histoire de ma reconversion dans l'enseignement à 35 ans ! Concours en candidat libre & co...

8 commentaires sur « Le concours pour enseigner : étape 2…le préparer ! »

  1. & bien malgré ma critique assez négative sur mon blog, je te souhaite beaucoup de courage. Contrairement à toi, j’envisage une reconversion professionnelle dans l’autre sens. Malgré ma passion, je sais que je ne pourrais pas faire ce métier toute ma vie ! Mais je reste persuadée que d’autres peuvent aller jusqu’au bout et je vous tire mon chapeau 😀

    Je suis ton blog, et j’attends les prochains articles avec impatience 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :